Informations Pays

Guide des affaires du Para - Brésil

 Destiné aux entrepreneurs de Martinique, désireux de mieux appréhender le marché brésilien, le guide des affaires de l’Etat du Pará présente les opportuniés d'affaires et d'investissements dans le Nord du Brésil. 

Guide pratique des affaires du Brésil 2017

La Chambre de Commerce France Brésil lance le « GUIDE PRATIQUE DES AFFAIRES AU BRÉSIL » Édition 2016/2017 pour informer et sensibiliser ceux qui veulent faire des affaires avec le Brésil.
 

S'exporter en Roumanie

La Newsletter de la société Eastrategies, présente sur le marché roumain depuis 20 ans, résume les Nouveautés de mai 2016 en Roumanie : elle présente les actualités macro-économique, politico-économique, et un propose un bilan financier du pays faisant un point sur les nouvelles dispositions du droit social et des Marchés Publics.

En effet, la Roumanie se révèle être un collaborateur intéressant compte tenu de sa santé économique. En 2013, le flux net d’investissement direct à l’étranger atteignait 2,71 milliards d’euros et en 2014, la croissance du pays était de +2,8 % et la croissance prévisionnelle est estimée à +4%.

Les entreprises suivent le mouvement et en 2014, le nombre de sociétés a augmenté de 15,5% par rapport à 2013. La société Goldcar par exemple a choisi d’y développer ses activités et a ouvert de nouveaux bureaux aux aéroports de Cluj et de Bucarest. Par ailleurs, le puissant groupe chinois CEFC China Energy Company Limited vient de racheter 51% des parts de l’ancienne société Rompetrol.

Si la Roumanie n’échappe pas à la réalité du chômage en Europe, celle-ci se trouve en dessous de la moyenne des pays européens (9%) avec un taux de chômage stable à 6,8%, contre 10% en France par exemple.

 

D’autres rubriques permettent une approche plus approfondie de ce pays d’Europe de l’Est comme celle sur la réaction de la Roumanie face à la loi sur le locavore dans les supermarchés tandis que la rubrique « à vendre » donne une idée des possibilités et des biens à acquérir sur place.

Eastrategies annonce quelques événements pour les mois de juin et de juillet 2016 à Paris ou encore à Bucarest.

De bons outils et de bonnes adresses pour s’exporter à l’Est ! 

roumanie_mai_2016_-_eastrategies.pdf

Où faire du business en 2016 ?

Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 2 février à Paris, les 4 associés (Patrick Ferron, Bruno Mascart, Boris Lechevalier et David Gérard) d’Altios International, société d’accompagnement à l’international (SAI) ont dressé un tour du monde des opportunités de business en 2016.

Economie motrice de la zone Euro, l’Allemagne (+ 1,7 % de croissance pour 2016*) est un marché toujours porteur pour les entreprises françaises et est également une « passerelle » pour se développer vers l’Europe de l’Est. Outre-manche, le cours élevé de la livre ( 1 £ =1,34 euros) rend les importations de la zone euro moins chères pour les Britanniques, le secteur des services est toujours florissant et ouvert aux innovations. Marché de proximité, la Grande-Bretagne (+ 2,1%) est aussi un tremplin vers les marchés anglo-saxons. Conséquence des réformes structurelles du gouvernement Renzi, l’économie italienne (+ 1,3 % après + 0,7 % en 2015 et – 0,4 % en 2014) repart. Nombre de secteurs sont demandeurs de nouvelles technologies. Plus à l’Est, la Pologne (+ 3,3 %) et la république Tchèque (+ 2,4 %) dont la croissance est tirée par un secteur du Btp dynamique (+ 5% en 2015), sont deux marchés à regarder de près. Si l’ économie russe est toujours en récession (-1,5 % pour 2016, après – 3,5 % en 2015), Altios souligne cependant des opportunités dans les secteurs de l’agroalimentaire, de la chimie, de la pharmacologie et du tourisme.

En Asie-Pacifique, la Chine ( + 6,2 %) et Hong Kong (+1,5 %), demeurent incontournables malgré le ralentissement chinois. L’Inde (+ 7,2%) est le seul des pays BRICs à tenir ses promesses. « Souvent qualifié de chaos organisé, c’est l’un des grands marchés à conquérir au 21ème siècle » selon Altios. Singapour (+ 2,5 %) demeure une porte d’entrée idéale sur l’Asie. La lointaine Australie (+ 2,4 %) offre des opportunités dans les nouvelles technologies, le médical ou encore la mode et l’agroalimentaire. Enfin pour les Amériques, les Etats-Unis (+ 2,2 %) et le Canada (+1,5%, le Québec en particulier) demeurent des marchés porteurs tout comme le Mexique (+ 2,3%, aéronautique, automobile, santé, agroalimentaire) et le Brésil. Malgré la récession brésilienne (- 3 %), Altios voit des opportunités dans plusieurs secteurs : agroalimentaire, aérospatial, santé & cosmétique, BTP, ou encore la pétrochimie.

Altios International (160 salariés) compte 17 filiales à l’étranger et accompagne plus de 400 entreprises dans leur développement international.

S.Etaix

*Prévisions de croissance pour 2016 selon Coface

Le « made in Ethiopia » sur la voie du Bangladesh ?

Chaussures de luxe, prêt-à-porter européen, L'Ethiopie se met à faire de l'ombre aux petites mains asiatiques. Avec une main d'oeuvre jeune (âge médian de 17,7 ans) et abondante (96,5 millions d'habitants en 2014), le pays est la deuxième puissance démographique d'Afrique. 

De l'autre côté, une autre puissance démographique: la Chine. Le pays cherche à licencier jusqu’à 6 millions de personnes dans les trois prochaines années pour faire face à un ralentissement de croissance: +6,9% en 2015, contre 7,3% l’année précédente. La croissance la plus faible depuis un quart de siècle effraie. Selon la Banque mondiale, la Chine devrait délocaliser 85 millions d’emplois industriels dans les prochaines années. De nombreux fabricants ont déjà été obligés de quitter l’Asie à cause de l’augmentation des salaires et du prix des matières premières. De nombreuses firmes choisissent le géant Ethiopien pour se relocaliser, et ce, parfois au détriment de la main d'oeuvre locale... 

 

Sources: Le Monde, statistiques mondiales, 

Saint Vincent et les Grenadines enregistre une croissance de 1,6% en 2015

Suite à sa visite sur site, le FMI estime que la croissance en 2015 a atteint 1,6%, soutenue en particulier par le tourisme, la construction et l’agriculture, et qu’elle devrait s’établir à 2,2 % en 2016, poussée par la construction du nouvel aéroport. Ce projet, notamment, a fait grimper la dette publique à 74 % du PIB fin 2015. La dette Petrocaribe du pays représente 8,7% du PIB (68 MUSD) et seuls 26,3 MUSD sont comptabilisés comme dette publique.

 

Source: http://www.tresor.economie.gouv.fr/

71% d'Investisseurs Européens à Cuba

D’après la directrice générale de l’investissement étranger au Ministère du commerce extérieur (Mincex), plus de 200 entreprises à capitaux étrangers sont installées à Cuba, 71% originaires d’Europe, (Russie, Espagne, Royaume-Uni, France, Allemagne, Hollande, Italie), 23% des Amériques (Canada, Venezuela, Brésil, Mexique) et 5% seulement d’Asie (Chine). La plupart sont présentes sous la forme d’entreprise mixtes (49%), ou de contrat de prestation de services (47%, principalement d’administration hôtelière comme Meliá, mais aussi PSA qui gère le port de Mariel). Le reste (4%) est constitué des entreprises à capital 100% étranger, opérant principalement à Mariel.

 

Source: http://www.tresor.economie.gouv.fr/

Business France-Fiche Pays-Oman

Fiche de présentation pays Business France

Business France-Fiche Pays-Ouzbekistan

Fiche de préssentation pays Business France

 

Business France-Fiche Pays-Pays-Bas

Fiche de présentation pays Business France